Ce n’est pas à cela qu’on repère les grosses têtes !

Il existe deux autres sujets de « discorde » relativement à la latéralisation du cerveau.
D’aucuns séparent entre cerveaux homme ou femme sur base de l’aptitude spaciale indispensable au mâle, d’autres justifient la différenciation à la naissance du langage, incompatible avec la pensée simultanée.

G - D

Résumé de la question ...

L’espace et le langage ont façonné notre cerveau.  J’ai intitulé mon précédent article « Espace et langage, parents de notre cerveau ».

Si j’ai utilisé le mot « parents » c’est en références aux recherches actuelles de Catherine Dulac (1) portant sur « l’empreinte parentale » génétique dans le cerveau.

Il s’agit de travaux très intéressants, qui n’en sont qu’à leurs débuts, et dont je tenterai de suivre la piste pour vous.

Mais il y a bien pire: l’homme aurait un hémisphère plus gros que l’autre ou que ceux des femmes…

En fait ce n’est qu’une légère différence qui est cependant suffisante pour que l’empreinte de cet hémisphère dans les os du crâne soit visiblement plus profonde, caractéristique qu’utilisent les paléo-antropologues pour dire si une calotte crânienne humaine appartient à un homme.

Sur ce sujet les féministes ont imaginé que c’était une élucubration machiste destinée à prouver que l’homme est plus intelligent que la femme.

Pourtant personne n’a jamais dit que cela était justifié par la présence d’un plus grand nombre de neurones.

Pour autant que je me souvienne (je n’ai pas remis la main sur la source de mon information) l’hémisphère « gonflé » serait le gauche. Or la seule « justification » possible, à mon avis, ce sont les nécessités de la manipulation des armes.

Les constatations quant aux spécificités des deux hémisphères (2) voudraient cependant que ce soit le droit, spécialisé dans les aptitudes spatiales.

Il faut cependant tenir compte que le bras armé est généralement le droit qui est commandé par l’hémisphère gauche et que ce dernier est le siège de la précision et de la perception du temps.

J’ai, depuis l’époque où j’ai lu ces informations, intuitivement (je n’ai ni les moyens de vérifier, ni les compétences) imaginé que cette légère augmentation de volume était due à un « gonflement » de cellules gliales ayant pour effet d’augmenter l’espace entre les neurones (3) chargés du « calcul balistique » impliqué par l’arme qui est un engin qui dépasse les limites de l’enveloppe humaine.

Les déplacements de la main font partie du « programme de base », celui de l’extrémité de la massue (commandé par les mêmes muscles) est un programme ajouté (une sorte de plug-in).

Cela vaut bien une petite particularité de la « télécommande » .

Jean-Pierre

(1) Chercheuse à l’Université de Harvard et au Howard Hugues Medical Institute à Cambridge.
(2) Voire article précédent.
(3) Cet espacement ayant pour effet de modifier le fonctionnement des neurones au niveau des conditions spatiales. Il s’agit peut-être d’une sorte de « zoom » qui agrandit la « carte du bras » de sorte que pour son fonctionnement l’enveloppe du corps est hypertrophiée. Le geste « lointain » devient contrôlable au détriment d’une perte de précision dans le geste proche (p.ex. travaux de couture).

 

Ce contenu a été publié dans Dans mes archives. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.